Le Garde Républicain – Terry Stillborn

Avant de parler du Garde Républicain je pense qu’il est fort recommandable de présenter son auteur, son papa, son initiateur. Car oui le Garde Républicain est un projet, et son envergure n’a d’égal que la folie de son créateur, j’ai nommé Thierry Mornet. Ah pardon, vous pensez avoir mal lu le titre de l’article ? Eh bien en y regardant de plus près, on comprend que Mornet = « mort né », donc « stillborn » en anglais. Ah ! on sait déjà dans quel train on embarque avec cet olibrius à l’esprit fertile. En effet il avait déjà ce personnage du Garde Républicain en tête un sacré bout de temps avant de pouvoir finaliser sur papier ce qui deviendra la prunelle de ses yeux. Il s’agit d’un héros à la Batman sur le fond, qui, plus qu’un héros, serait davantage un mythe, une légende. Et rien de mieux qu’une légende urbaine pour s’accaparer son identité et faire passer le flambeau de génération en génération à travers les époques. Ainsi naquit l’idée d’un justicier français, purement bleu-blanc-rouge et incarnant des valeurs typiquement françaises qui saura perdurer à travers les âges et les mouvances politiques pour faire retentir la voix de la justesse autant que de la justice.

garde
Le Garde Républicain

Avant-propos

J’ai eu la chance de découvrir cette œuvre hors du commun grâce à son auteur qui en faisait la promotion sur un salon de comics, et au-delà de l’identité visuelle du personnage qui m’a tout de suite plu, ce fut un véritable coup de cœur très intimiste pour l’initiative de ce monsieur qui m’a frappé. En effet voir qu’un homme un peu fou et surtout très passionné par ce qu’il fait arrive à auto-publier (plus ou moins, mais en gros c’est très indépendant et auto-financé) son rêve le plus dingue, c’est magique et ça n’a pas de prix. Bon si, les comics ont un prix, mais on fera fi de toutes ces formalités matérialistes pour apprécier le projet à sa juste valeur. Et de la valeur il y en a dans l’entreprise de Terry Stillborn et son armada d’artistes. Des français, bien sûr puisqu’on reste dans une production cocorico, mais aussi des américains car, hé, si on peut se le permettre alors pourquoi pas. Il s’entoure alors de dessinateurs comme Elsa Charretier, Luca Erbetta, Jean-Jacques Dzialowski et Christophe Hénin pour ne citer qu’eux. Il faudra ensuite compter sur les participations exceptionnelles d’auteurs des States comme Charlie Adlard ou encore Eric Powell pour ravir le lectorat de quelques illustrations de qualité. Me ce sont davantage des pointures du comics français qui œuvreront. Car oui il y a un comics français, celui des fans de la première heure de revues comme Strange, Flash ou encore Nova. L’équipe travaillant sur le Garde Républicain est de celle qui fait vivre toute une économie à part entière, bien que trop peu connue, de fans de comics à l’ancienne qui tentent néanmoins de renouveler et dépoussiérer le genre à travers leurs projets osés et talentueux à la fois. Bref, au lieu de parler des heures de ces gens valeureux, voici plutôt les sites où vous pourrez trouver les revues et albums reliés de l’univers lié à notre héros : Rivière Blanche ou encore Wanga Comics. Retrouvez également le Garde Républicain sur Comixology pour les plus numériques d’entre vous.

Tome 1 : Le Masque de Belphégor

tome 1Une couverture solide signée Eric Powell, dessinateur du Goon.

Et hop, ça commence direct par de la bagarre, histoire de tonner le ton. Cet épisode d’introduction est très orienté bagarre et résolution d’enquête. On nous introduit à l’univers du Garde via l’apparition dans sa vie d’Alima, jeune fille des banlieues qui ne cessera de s’accrocher à lui et de l’appuyer dans son travail au point qu’il la considère lui-même comme un sidekick en puissance plein de promesses du nom de Marianne. On fera alors la connaissance de deux figures de l’univers Hexagon Comics : Baroud, le chef de Crimen, une organisation… criminelle (sic) ; et Jean Brume un personnage très mystérieux ressemblant à un spectre dont on ignore la nature mais qui voue une haine sans précédent à Crimen. Un début mouvementé donc qui laissera place sur sa fin à une dialogue mystérieux entre hommes de pouvoirs qui complotent sur notre héros. À suivre !

Tome 2 : Bas les masques !

tome 2Christophe Hénin nous livre sa version du Garde des années 70.

On a donc cette fois à faire au Garde des années 70, militaire recruté pour remplacer un prédécesseur qui parvient à le rencontrer et lui expliquer que les motivations de son gouvernement bafouent les véritables valeurs du Garde Républicain. Ils s’engagent alors dans un message très engagé sous fond de mai 68 et de liberté. La seconde partie du numéro nous conte la rencontre du Garde (celui de notre époque) et de Fox Boy, un jeune héros breton aux pouvoirs de renard. Mis en scène par le papa de ce dernier, Laurent Lefeuvre, l’histoire est simple mais le dessin, le découpage graphique et la narration sont sublimement bien menés et on regrette déjà d’avoir terminé l’histoire qui se révèle très courte.

Tome 3 : Les quinze minutes de gloire

tome 3Tomas Giorello et Soul nous offrent une couverture de toute beauté.

Nouvelle aventure du Garde, ou presque. C’est en effet l’histoire d’un jeune un peu paumé, fils de mafieux, qui usurpe l’identité du Garde le temps des fameuses 15 minutes de gloire éponymes. Une histoire courte mais rudement bien menée de A à Z par une narration efficace, un dessin propre et vivant, et un final émouvant. La deuxième partie est toute de noir et blanc, dessinée par Cyrille Munaro, et offre un spectacle post-apocalyptique. Seules deux couleurs apparaissent à la fin d’une course à la survie : le bleu et le rouge. Tiens, et si le Garde ne mourrait pas, malgré l’état désastreux du pays et les hordes de zombies ?

Et voilà, après 3 tomes tous réussis, le Garde Républicain tire sa révérence. Non, loin de là, un tome 4 est prévu, un spin-off avec d’autres héros français existe (que je n’ai pas eu l’intelligence d’acheter mais ça sera vite réparé pour un futur article commun avec le tome 4) : Les Partisans, et je doute que Mister Stillborn s’arrête en si bon chemin. Alors courage à toute l’équipe créatrice, et encore merci pour le travail accompli ! Quand le feu de la passion brûle, alors tout s’éclaire de mille feux, à condition de ne pas se laisser consumer.

dédicace garde
Oui, je peux frimer. :)
Publicités

Une réflexion sur “Le Garde Républicain – Terry Stillborn

  1. Oui une grande BD que le garde Républicain qui honore mes étagères depuis quelques semaines déjà. Scénarios, graphisme, tout y est. J’espère qu’avec le temps, une grande maison d’édition comme Delcourt par exemple prendra l’initiative de publier à plus grande échelle ce premier héros français de comics.

On attend votre avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s