Les brigades immunitaires : cellules au rapport !

Il y a quelques mois, la maison d’édition Pika annonçait la sortie de Brigades Immunitaires d’Akane Shimizu : un manga personnifiant les petites choses de la vie. Ni une, ni deux, je me suis activé à rechercher sur cette oeuvre ! Qui dessine ? Qui écrit ? À quoi ça ressemble ? Un premier chapitre au moins ?! J’étais vraiment excité à l’idée que les deux se rejoignent, s’enlacent et fusionnent : l’immunologie et la bande dessinée japonaise. Bref, j’ai trouvé mon bonheur sur Amazon et j’ai pu feuilleter les premières pages. D’ailleurs, je trouve que le titre anglophone, Cells at Work! , est un tout petit peu plus juste mais bon, je pinaille. La tentation de commander les cinq premiers tomes publiés fut aussi grande que mon coup de coeur ! Au final, j’ai préféré attendre la sortie chez nous… Il ne restait plus que de longues semaines avant de pouvoir dévorer le premier tome. Le jour J est arrivé avec l’obligation d’écrire quelques lignes pour la passion.

La truelle, la boîte et la lame.

Lire la suite

Publicités

Les Pommes Miracle : un manga d’alerte et d’espoir.

Il est toujours agréable de feuilleter un manga qui véhicule un message d’espoir. Les Pommes Miracle fait parti de ceux-là : on peut cultiver des pommes ou tout autre végétal de manière naturelle au XXe et XXIe siècle : sans pesticides ou engrais. Il ne manque plus que les OGM pour arriver à faire bondir les grands manitous des entreprises de biotechnologie agricole et d’agrochimie. Durant ce court article, je vais tirailler ma pensée entre les faits qui ont lieu dans le manga et ceux de la vie de tous les jours. Le plus dur est de ne pas plonger dans le passionnel et l’étalage de faits…

i-have-a-dream
L’amour entre un homme et ses vergers.

Lire la suite

Parasite (Kiseiju) et l’éthologie.

Pour conclure cette trilogie dédiée à l’œuvre d’Hitoshi Iwaaki, on va s’intéresser à l’éthologie. On peut définir cette science par l’étude des adaptations comportementales des espèces animales aux contraintes de leur environnement. Je vais aussi un peu m’égarer sur l’évolution de la pensée des deux acolytes (ça donne un truc du genre : je pense, j’agis, je suis). Alors, comme à l’accoutumé, on va commencer par l’énonciation de quelques définitions avant d’arriver à ce qui est vraiment intéressant : l’analyse. L’étude d’un comportement peut être séparée en deux domaines : la causalité proximale (le comment) et la causalité ultime (le pourquoi). On va creuser encore et diviser en deux ces domaines. On répond à la question du comment en se concentrant sur les causes à effets immédiats et sur l’ontogenèse (l’histoire de l’individu). On répond à la question du pourquoi en s’intéressant à l’évolution (histoire de l’espèce) et à la fonction (valeur adaptative). Toutes ces notions vont être précisées et imagées avec des scènes plus ou moins marquantes de l’histoire de Shin’ichi. Attention, ça spoile sévère. Bref, c’est parti !

Le héros est un jeune lycéen normal qui s’endort tranquillement branché à son baladeur. Tout d’un coup, un serpent tout bizarre essaie de s’introduire dans son corps. Cet animal étrange passe d’abord par le nez, échoue et tente le bras. Horrifié par la scène, Shin’ichi se garrotte au niveau du coude avec ses écouteurs tout en hurlant. Les parents arrivent en fin de scène et assistent au spectacle d’un fils au bras rouge sang  enlacé d’un câble. Première galère de notre héros.

les-fabulations-dun-jeune-drogue
Les fabulations d’un jeune drogué.

Lire la suite

Parasite (Kiseiju) et l’écologie.

Après une analyse des relations entre les humains et les parasites, il est intéressant de se pencher sur l’écologie. L’écologie, au sein de la biologie, est l’étude des interactions entre les êtres vivants et leurs milieux d’habitat. On peut même préciser cette définition. L’écologie est aussi l’étude de l’équilibre biologique et de la survie des espèces selon les conditions d’existence et les comportements des êtres vivants. Maintenant que les définitions sont posées et admises, on peut les transposer à l’univers de Parasite, le manga d’Hitoshi Iwaaki. Et puis, on va aussi s’égarer de l’écologie pour parler un peu d’anthropologie (un tout petit peu). C’est le chic du biologiste : être polyvalent. Par contre, je spoil un peu.

Lorsque l’on commence à lire le manga ou à regarder la version animée, on est mis nez à nez avec notre planète bleue, la Terre.

lorigine-du-mal
L’origine du mal.

Lire la suite

Parasite (Kiseiju) et les relations interspécifiques.

En pleine lecture de Parasite (Kiseiju), je me suis posé cette question : Hitoshi Iwaaki est-il un biologiste malgré lui ? On est en droit de se questionner sur cette problématique vu que le mangaka base son récit sur des notions propres à la biologie : la relation interspécifique, l’écologie, et l’éthologie. Dans ce premier article (sur trois normalement), on va parler de la relation interspécifique ! Et quelques trucs sont spoiler.

Dans le monde vivant, il existe un phénomène assez étrange : un organisme hôte est exploité par un organisme parasite. Le parasite puise des nutriments et survit grâce à l’hôte. L’hôte subit des nuisances dues à cette relation alors que pour le parasite, c’est tout bénéf ! C’est ce qu’on appelle le parasitisme. On a ici le speech de départ de l’histoire. D’étranges vers à tête foreuse apparaissent sur le sol nippon.

coucou
Coucou ! 

Lire la suite