Gunbuster: robots géants et petites culottes

Après avoir effectué un début en professionnel remarqué grâce au film Les ailes d’Honneamise, le studio Gainax se lance dans la réalisation d’une série de sf. comptant 6 épisodes: Gunbuster. Et c’est Hideaki Anno qui l’a mise en scène. Nous sommes en 1988, bien avant Evangelion donc.

gunbuster

Noriko Takaya est la fille du célèbre capitaine du Luxion. Ce dernier étant mort dans un affrontement contre une espèce extraterrestre, Noriko fait tout son possible pour suivre ses traces, aussi grandes soient-elles. Elle entre ainsi dans une école militaire et s’entraîne à l’intérieur de robots aussi grands que moches. Mais visiblement, ce n’est pas sa tasse de thé. Noriko est la plus nulle de l’école, et de loin. C’est une catastrophe ambulante cette gamine. Alors qu’on faisait semblant de penser qu’elle n’avait rien pour elle (c’est l’héroïne quand même), un nouveau coach débarque dans l’établissement. Celui-ci sélectionne deux jeunes filles pour l’accompagner dans un programme spatial d’envergure: parmi elles, Noriko. Ne jamais sous-estimer le pouvoir du nom les amis !

Vous qui n’aimez pas le mecha, ne partez pas ! Ouaip, je vous ai vus diriger votre souris en haut à droite de l’écran. Laissez-moi m’expliquer un peu. Le propre de Gunbuster est que la série arrivera à vous passionner même si vous n’êtes pas fan de sf. japonaise. Il y a plusieurs raisons à cela. Et ça débute avec les malheurs de Noriko, la pauvre petite héroïne. À l’école militaire, elle est brimée par ses camarades car elle n’a pas été sélectionnée au mérite, ensuite, dans l’espace, elle est rapidement mise à l’écart puisqu’elle ne sait pas se débrouiller avec un mecha. On s’attache vite à elle, on a envie qu’elle réussisse ce qu’elle entreprend. D’autant plus qu’elle souhaite juste marcher sur les traces de feu son papounet. Bien entendu, j’évite au maximum de vous spoiler l’avancée de l’histoire, mais sachez que les événements feront que vous allez vous attacher à l’héroïne. Quand elle sera heureuse, vous rirez, quand elle aura mal, vous pleurerez. C’est ça, l’amour.

«Wibbly wobbly timey wimey» a dit un jour le docteur. Ainsi, pour Gunbuster, Anno fait un peu ce qu’il veut de la causalité espace/temps. Ici, le temps s’écoule plus lentement dans l’espace que sur Terre par exemple. Noriko va donc vieillir moins vite que sa copine restée sur notre chère planète bleue. Le réalisateur va jouer subtilement avec ce phénomène pour déclencher des émotions fortes chez le spectateur à plusieurs reprises dans la série. C’est principalement grâce à ça que le côté sf de Gunbuster est intéressant. Ce n’est donc pas seulement de la sf pour faire de la sf, mais c’est de la sf au service d’un scénario. C’est fait avec une telle finesse que n’importe qui est en mesure d’apprécier.

Petite pause avec le trailer italien de la série.

Autre justification de la sf: les extraterrestres. Si vous avez lu mon article précédent sur KareKano, vous êtes au courant qu’Anno a développé un thème autour du «moi» à partir d’Evangelion. Mais le monsieur a un autre sujet de prédilection, plus ancien, plus impactant. Quelque chose qu’on retrouve dans Evangelion, qu’on avait aperçu dans Nadia et qui est au centre de Gunbuster. Ce thème, c’est la guerre ! Et plus précisément, la guerre contre les extraterrestres. Dit comme ça, ça fait un peu sf bas de gamme, mais c’est mal connaître Anno. Dans Gunbuster, puis, plus tard, dans Nadia et Evangelion, l’humanité est mise en péril par des vilains extraterrestres (qu’ils soient nommés anges, atlantes ou je ne sais quoi, c’est la même chose). Enfin vilains, pas tant que ça… Dans les trois séries (mais surtout dans Gunbuster et Evangelion), on demande aux héros de les combattre ; et ils obéissent sans trop se poser de questions sur les motivations de leurs adversaires. Et on ne peut pas leur en vouloir, ils n’ont pas le choix, ils ont le sort de l’humanité entre les mains. Si Nadia et Evangelion utilisent l’avancée technologique, le manque d’éthique dans les sciences ainsi qu’un background religieux pour faire des humains une race inférieure qui veut s’étendre plus loin qu’elle ne le devrait, dans Gunbuster, Anno s’y prend autrement. Mais ça, vous le découvrirez en regardant la série. Tout ce que je suis en mesure de vous affirmer, c’est que vous prendrez une légère claque dans la figure et vous comprendrez pourquoi Gunbuster se déroule dans l’espace; et non dans un lycée.

La réalisation de la série est excellente, bien qu’en dessous de celle d’Honneamise, film sorti un an avant. [Enfin quand on sait qu’il aura fallu attendre 13 ans et FLCL pour voir une réalisation supérieure à celle d’Honneamise chez Gainax, on a une idée du niveau.] [FLCL étant encore à ce jour ce qui se fait de mieux en matière d’animation.] [Mes extras suintent la passion.] Pour revenir à Gunbuster, il est visible qu’Anno a une volonté de s’extirper des techniques d’animation conventionnelles. Il veut montrer au spectateur quelque chose qu’il n’a jamais vu. Il faudra attendre Evangelion, et surtout KareKano pour être étonné par ses choix de réalisation. Néanmoins, on sent les prémices de ces surprises tout au long de Gunbuster, tout particulièrement dans le dernier épisode. J’ai bien envie d’en parler, il y a tant de choses à dire… Mais encore une fois, je préfère vous laisser le plaisir de la découverte.

Au final, Gunbuster est une série qui vous fera réfléchir sur la guerre et sur la place de l’être humain dans l’univers, tout en vous divertissant un maximum. Et par divertissement je ne veux pas dire que Gunbuster soit une série agréable qui se regarde avec le sourire. Non, non, non, préparez les mouchoirs, parce que vous allez chialer ! Gunbuster est une série poignante, émouvante qui se joue de vos sentiments comme de l’espace/temps. On a bel et bien affaire à une œuvre incontournable de l’animation japonaise.

gunbuster2

Et puis zut, le Gunbuster, c’est un robot méga-classe !

Publicités

4 réflexions sur “Gunbuster: robots géants et petites culottes

  1. Misu

    Meloku, où le passionné qui arrive à te donner envie d’acheter. Encore et encore ! Gunbuster m’a toujours tenté, mais je ne connaissais pas encore bien la première OAV … Jusqu’à ce que j’apprenne que le grand Hideaki Anno avait travaillé dessus ! Du coup, faut vraiment que je me le procure, c’est un must de ce que j’entends … Oué. Un jour. Quand j’aurais de l’argent :D
    En tout cas c’est toujours un plaisir de lire tes articles !

  2. Ouai, le gunbuster est aussi classe que le Mega Zord dans Power Rangers ! NOOOOOOOOOON ne me tapez pas ! Ecoute, tu m’as donné envie là… Je vais me mater ça dans les jours qui viennent. Bon article !

On attend votre avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s