Nyanpire, le manga gay sauce kawaii

Avec trois tomes publiés en France et bientôt quatre, Nyanpire ~ The Gothic World of Nyanpire continue sa route en France, ravissant les petits et les grands. Enfin, peut-être que les plus grands. Car les apparences sont trompeuses. Malgré sa bouille toute kawaii et les graphismes enfantins de la mangaka, ce manga n’est pas à mettre en toutes les mains. Comme l’écrit Yukiusa dans une des postfaces, je vous cite : « si des enfants venaient à lire mes histoires lourdes de sous-entendus, j’en serais mortifiée ». Tout est dit.Nyanpirekurokawa 002

En effet, avec ces couvertures aux couleurs vives représentant des personnages mignons, avec son début évoquant un conte de fée grâce à des illustrations pleine page et une narration extérieure style voix off, Nyanpire semble être une lecture pour gosse. Une version vampire de Chi ~ une vie de chat où le cercueil remplace le coussin tout doux ? Une nouvelle série de Hello Kitty façon gothique ? Erreur ! Car à l’instar de Junko Mizuno qui créé des dessins tout mignons et colorés avec un contexte plus mature et même des passages bien gores, destinant ainsi ses œuvres à un public adulte, Yukiusa s’amuse allègrement à parsemer ses pages pleine de kawaii d’allusions sexuelles. Et oui. Tout en dessinant des chats choupis. Oui, oui, oui. La mangaka a mis dans Nyanpire tout ce qu’elle aime. Les chats, les vampires, les ninja, Masamune Date, mais aussi les personnalités sadiques et perverses ou encore les relations ambiguës entre hommes. On mélange le tout et pouf, on obtient le monde gothique de Nyanpire ! Tout ceci créé un décalage typiquement japonais. Un résultat étonnant qui pourra en rebuter plus d’un(e). Pour vous préserver, les illustrations de cet article ne seront pas NSFW.

Reprenons. Nyanpire, c’est un chat qui est devenu vampire quand un mystérieux vampire l’a sauvé de la mort. Il est un peu naïf et capte que dalle. Du moment qu’il peut sucer du sang, il est heureux. Jusque là, tout va bien. Arrive alors Masamunya, un chat samouraï amoureux de Nyanpire. Avec lui, les sous-entendus yaoi pleuvent. Mais si ce n’était que ça… Le délire ne s’arrête pas là, pas en si bon chemin. A ce duo, on rajoute Nyange déchu, un ange éjecté du paradis parce que pervers sexuel (en résumé et en admettant qu’il dit la vérité, toute la vérité, rien que la vérité). Ces trois-là ensembles, on a déjà un beau tableau permettant des blagues sous la ceinture aux dépends de Masamunya et de Nyanpire. Le premier parce que triste victime des moqueries, le second parce que ça lui passe bien au-dessus de la tête. Dans un premier temps, l’humour du titre repose principalement sur ces quiproquos à la teneur pas encore trop osée.

Du coup, le premier tome était trompeur. Le début était en effet assez innocent, puisqu’on y voyait les prémisses de la quête de sang frais de Nyanpire le chat vampire, et les premiers émois de Masamunya, chamboulé par ses propres sentiments envers un autre mâle. C’était mignon et rigolo. Quand soudain surgit face au vent, le vrai pervers de tous les temps : Nyange déchu. Et c’est le DRAME. Le titre dérape dans une spirale de débauche. Je vous rassure, rien d’explicite. Toute au plus l’on verra des métaphores visuelles très imagées et laissant peu de place à une interprétation plus candide. De toute façon, la mangaka ne sait pas dessiner autre chose que des mascottes mignonnes (ce qu’elle réussit très bien) sur fond d’aplats de couleurs plus ou moins en dégradé, avec semblant de décor. Donc ne vous attendez pas à voir autre chose. Les humains, c’est difficile, ils ont même pas d’yeux, on verra plus tard pour ça (comprendre : jamais). Mais voilà, l’ange déchu distille à chacune de ses apparitions des petites insinuations sur la relation homosexuelle entre les deux chats (pourtant pure et chaste), parmi deux autres évocations  pas du tout sibyllines de l’appareil génital masculin. L’heure n’est définitivement pas à la subtilité.

A part ça, chaque tome fait avancer quelque peu le fil rouge de l’histoire. Fil rouge qui n’est pas le pairing Nyanpire-Masamunya contrairement à ce que l’on pourrait croire. Parce que oui, en dehors des scénettes rigolotes, il y a un scénario. Pas très compliqué, mais bien présent, enfin au moins 5 pages par tome (c’est beaucoup). Tout cela est lié au vampire qui a donné naissance au terrible Nyanpire et à un mystérieux chat-ninja. Je n’en dirais pas plus, histoire de ne pas bousiller le peu de suspense du titre. On ne lit pas Nyanpire pour la complexité de son scénario (ou alors, vous vous êtes trompés de manga) mais tout de même, sus aux spoilers.Nyanpirekurokawa 001

En même temps que l’histoire avance (façon de dire), Yukiusa en profite pour agrandir sa galerie de personnages. Le trio principal était déjà bien dérangé, et pas d’inquiétude à avoir, tous les chats sont issus du même moule. Ainsi, Chachamaru, le petit frère adoptif de Nyanpire, est en fait un sadique au caractère bien trempé et aux répliques acerbes. Katsuo est un chat errant, pauvre souffre-douleur de Nyange déchu et de ses jeux sadomasochistes, au grand dam de Nyabriel, pour qui la douleur est un stimuli sexuel puissant (un « gros masochiste pervers softcore » pour citer l’auteure). Car l’ange sadique du manga est en fait adepte des pratiques sexuelles extrêmes. Il y aura même des TENTACULES (ouf, on est bien au Japon). Il manque trois fois rien pour que le manga devienne un manga gay façon Gengoroh Tagame mais avec des chats. Peut-être dans le prochain tome ? Si vous passez ce manga à vos enfants, préparez-vous à devoir expliquer les nombreuses références phalliques, les allusions salaces et les mises en scène plus que suspectes. Nyanpire peut-il aider à l’éducation sexuelle ? La question est posée.

Pendant ce temps, au Japon, le titre semble avoir prépublié son dernier chapitre dans le Pash sorti fin Mai, mais un spin-off centrée sur Nyange déchu paraît dans le Nene. Un cinquième tome devrait voir le jour sous peu (je le disais déjà il y a un an, à force, vous verrez que j’avais raison). Un recueil de yonkoma (des gags en 4 cases) intitulé Nyankoma est également sorti en milieu d’année dernière, mais il n’est pas prévu chez Kurokawa aux dernières nouvelles.

Publicités

2 réflexions sur “Nyanpire, le manga gay sauce kawaii

  1. bidib

    hahaha ! Je m’étais fait avoir par le couvertures toutes kawaii ! Je ne me doutais pas que cela caché tant de débauche ! J’ai bien fait de ne pas l’acheter à ma fille (on attendra encore un peu)

On attend votre avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s