Gare au manga

Les raisons pour lesquelles Inio Asano a écrit une nouvelle fin à Solanin

Avant tout, je tiens à préciser que cet article ne dévoile aucun élément de l’histoire de Solanin, quand bien même il parle de la création du nouvel épilogue. Vous pouvez donc le lire même si vous n’avez pas encore découvert le manga.


Paru initialement entre le 30 juin 2005 et le 6 avril 2006 au sein du feu magazine hebdomadaire Young SundaySolanin est un manga en deux volumes qui a révélé Inio Asano au Japon d’abord mais aussi aux yeux du monde, dont la France où le diptyque est publié par les éditions Kana depuis le 2 novembre 2007. Fort de son succès, le manga est adapté en film par Takahiro Miko avec Aoi Miyazaki dans le rôle principal et le groupe Asian Kung-Fu Generation qui signe la bande-son. Il est sorti dans les salles obscures japonaises le 3 avril 2010.

solanin inio asano

Pour autant, encore aujourd’hui, le manga fait l’actualité. En effet, une nouvelle édition japonaise a vu le jour le 30 octobre 2017. Celle-ci est une intégrale en un volume qui contient en guise de bonus deux chapitres supplémentaires : un spin-off de la série et surtout un nouvel épilogue. Cet épilogue est sorti en anglais dans un fascicule publié par Viz Media lors de la venue d’Inio Asano au Toronto Comic Arts Festival en 2018. Cependant, il aura fallu attendre le 15 mars 2019 pour le découvrir en français grâce aux éditions Kana qui proposent une traduction de cette intégrale.

C’est donc 11 ans après la fin de son manga qu’Inio Asano a écrit un nouveau chapitre de Solanin.  Cet épilogue est tout sauf anecdotique tant il tenait à cœur de l’auteur de revenir sur la fin initiale. Afin de donner des clés de compréhension, nous allons faire la lumière sur les raisons qui ont poussé Inio Asano à dessiner un nouvel épisode de Solanin.

Lire la suite « Les raisons pour lesquelles Inio Asano a écrit une nouvelle fin à Solanin »

Publicités
Gare au manga

La mise en abyme du manga chez Inio Asano

En ouvrant Dead Dead Demon’s Dededede Destruction, c’est un tout autre manga qui se présente sous nos yeux : Isobeyan. Après trois pages, on découvre qu’il s’agit en réalité d’un manga dans le manga. Autrement dit, Isobeyan est une œuvre fictive lue par l’héroïne de DDDD. Si cet exemple est frappant, notamment du fait qu’il introduise la série, la bibliographie d’Inio Asano ne manque pas de faire la part belle aux mangas et à leurs auteurs. Dans cet article, nous allons donc étudier différents cas de mises en abyme afin de mettre en évidence les liens qu’entretient l’artiste avec la bande dessinée et ce qu’il nous révèle du métier de mangaka.

inio-asano-analyse-du-manga-bonne-nuit-punpun-dddd

Lire la suite « La mise en abyme du manga chez Inio Asano »

Gare au manga

Dead Dead Demon’s Dededededestruction : un manga modededederne

C’est en 2014, dans les pages du magazine Big Comic Spirits de Shogakukan, que débute Dead Dead Demon’s Dededede Destruction (aussi appelée DDDD), la nouvelle série d’Inio Asano. Après avoir exploré de fond en comble les tranches de vie réalistes (et parfois surréalistes) avec Bonne nuit Punpun, l’auteur a ressenti un besoin de se renouveler, de proposer autre chose. C’est ainsi qu’est né son premier manga de science-fiction dans lequel on suit le quotidien de Kadode, Ôran et leur bande de copines dans un Japon se relevant d’une attaque extraterrestre.

dead-dead-demons-dededededestruction-inio-asano

Néanmoins DDDD ne peut en aucun cas constituer une remise à zéro dans la bibliographie du dessinateur. Du fait même de son opposition stylistique par rapport à Bonne nuit Punpun, on est en mesure d’affirmer qu’il s’agit d’une suite logique dans sa carrière. On dit d’Inio Asano qu’il est un témoin de son époque, qu’il dresse le portrait d’une frange de la jeunesse et qu’il la remet en cause à travers des récits qui touchent là où ça fait mal. Alors qu’en est-il de DDDD ? Posons la question autrement : en quoi est-il un manga de son temps ?

Lire la suite « Dead Dead Demon’s Dededededestruction : un manga modededederne »

Gare au manga

L'imagerie de la lune dans le manga

Lumière dans l’obscurité, révélatrice de l’âme humaine, la lune fascine. Moi, évidemment, mais aussi de nombreux mangakas.

Qu’elle soit pleine, sous forme de croissant, ou… étrange, comme dans Soul Eater, la lune fait partie intégrante de la bande-dessinée japonaise.

lune soul eater

Alors, que fait-on de la lune dans un manga ?

Lire la suite « L'imagerie de la lune dans le manga »

Gare au manga

La représentation de la jeunesse de Lorsque nous vivions ensemble à Solanin

Les parcours de Kazuo Kamimura et Inio Asano se ressemblent, du moins dans leur début. Si Parada, le premier manga de Kazuo Kamimura, a marqué les esprits de la profession en 1968, ce n’est qu’en 1972 que l’auteur acquiert la reconnaissance du public. La série Lorsque nous vivions ensemble, publiée dans les pages de la revue Manga Action de Futabasha, est un succès, à tel point qu’elle est transposée sur les écrans télévisés sous forme épisodique. La carrière de dessinateur de mangas de Kazuo Kamimura est alors lancée. Inio Asano, lui, se fait remarquer au cours de l’année 2003 avec Un monde formidable. C’est deux années plus tard, grâce à Solanin, que sa notoriété explose. Publié dans le magazine Young Sunday de Shogakukan, le manga connaît même une adaptation cinématographique.

Si Lorsque nous vivions ensemble et Solanin ont lancé les carrières de leur auteur, les similitudes ne s’arrêtent pas là. En effet, les deux œuvres traitent de la vie en couple à leur époque. Ainsi, dans cet article, nous allons nous poser la question suivante : en quoi Solanin est-il une ré-actualisation de Lorsque nous vivions ensemble ?

lorsque nous vivions ensemble kazuo kamimura solanin inio asano

Lire la suite « La représentation de la jeunesse de Lorsque nous vivions ensemble à Solanin »

La thémathèque

A quoi bon donner mon avis ?

Ce qui est bien avec internet, c’est qu’on peut facilement échanger des avis sur une œuvre. Moi, quand quelque chose me plaît, j’aime bien le dire. Et je prends également du plaisir à transmettre ce qui m’a intéressé. En fait, je pars du principe que si quelque chose me plaît, une autre personne peut également en tomber sous le charme. De ce fait, je mets souvent en avant une part de la culture que j’estime peu connue. Et oui, il faut faire des choix. Je ne peux pas parler de tout. En effet, je m’abreuve constamment de sous-cultures plus ou moins populaires, et principalement de mangas.

J’en aime beaucoup d’ailleurs.

solanin inio asano

Lire la suite « A quoi bon donner mon avis ? »

Gare au manga

La nouvelle garde du manga alternatif

Dans cet article je vais présenter trois mangakas qu’on a découvert au cours des années 2000 et qui ont atteint la reconnaissance du public lors des dernières années. Si leurs univers sont radicalement opposés, ils ont en commun d’aller à contresens des principaux courants qui régissent la bande-dessinées japonaise d’aujourd’hui. Ils figurent parmi les auteurs les plus inventifs, repoussent sans cesse les codes et limites du manga et s’affranchissent des tabous et du politiquement correct, voici la nouvelle garde du manga alternatif :


Inio Asano

inio asano photo

Influencé par Yoshiharu Tsuge, Inio Asano est décrit comme la voix d’une génération. En effet, l’univers de ses mangas tourne autour de tranches de vie mettant généralement en scène des jeunes gens sortis de l’adolescence mais pas encore tout à fait adultes. Ajoutés au photo-réalisme des décors, le passage à l’âge adulte, le mal-être de la jeunesse, le sentiment de ne pas trouver sa place dans la société, la découverte de la sexualité et les nombreuses autres thématiques abordées par Inio Asano ont pour conséquence qu’une partie du lectorat se reconnaît dans ses personnages. De plus ses mangas sont facilement reconnaissables grâce à leur mise en scène avec des textes forts sur des cases noires. Lire la suite « La nouvelle garde du manga alternatif »