Ladyboy vs Yakuzas : Le survival qui dit merde à la bien-pensance

WTF ?!, la collection d’Akata proposant des mangas (et autres BD asiatiques) décalées nous surprendra, j’en ai bien l’impression, toujours. Après Magical girl of the end et Le geek, sa blonde et l’assassin, l’éditeur limousin revient à la charge avec Ladyboy vs Yakuzas : L’île du désespoir.

C’est sans assistant que Toshifumi Sakurai dessine ce manga au titre évocateur.

ladyboy vs yakuzas avis

Kozo est un yakuza un peu con. Bon ok, très con. Tellement neuneu qu’il couche avec la femme et la fille de son boss. Ce dernier l’apprend et prépare sa vengeance. Il enlève Kozo et le transforme en femme bien gaulée. Mais ce n’est pas tout, il achète également une île dans laquelle il emprisonne les 100 plus grands criminels sexuels du Japon et y lâche Kozo. La règle est simple : chaque pervers qui parviendra à se taper le transsexuel, de gré ou de force, sera libéré de l’île. C’est à partir de là qu’un océan de mauvais goût se déchaîne sous nos yeux pour notre plus grand plaisir !

J’ai mal aux joues, j’ai mal au ventre. Parce que j’ai trop ri en lisant ce manga. Je remets mes idées en place, et je commence ma chronique. Et oui, il y a en des choses à dire sur cette connerie !

ladyboy vs yakuzas wtf

Déjà, le manga est un survival, ou plutôt un « freaks survival » comme se plait à  l’appeler son auteur. On pense de suite à Battle Royale, la référence du genre, ou d’autres titres plus moyens. Comme Hunger Games ou Btooom. Une île, des gens qui se battent dans jeu macabre. Bref, tous les ingrédients sont là pour en faire un énième survival game à la con (on n’en peut plus bon sang !).

Mais il n’y a pas que ça dans Ladyboy vs Yakuzas. On y trouve également la folie furieuse de mangas pour lesquels je voue un culte tel que Reiko the zombie shop ou Bambi. L’alliance parfaite entre série déjantée et manga d’action sans temps mort fonctionne parfaitement, exactement de la même manière que pour les titres précédemment cités. Et comme pour ces mangas, le mauvais goût est plus que présent dans Ladyboy vs Yakuzas. Un héros transsexuel, des yakuzas en quête de vengeance, des criminels pervers en tout genre (violeurs, pédophiles etc.), on peut bien se douter que l’humour ne vole pas très haut. Alors oui, il choquera les bonnes consciences mais il faut prendre tout ça au 36ième degré. Pour peu qu’on apprécie les blagues en dessous de la ceinture, ce titre est un incontournable.

Où en suis-je dans cette chronique ? J’ai parlé des survivals, j’ai comparé le manga de Toshifumi Sakurai à ce que je considère comme des classiques du genre, et quoi d’autre ?

Les yakuzas.

Oui, les mafieux japonais. Car on plonge bel et bien dans leur univers. Univers fantasmé et délirant, mais univers quand même. Un peu à la manière de Jintaro le caïd de Shinjuku ou de Black Joke, le mangaka nous dévoile des yakuzas perfides, sans morale et avec de belles têtes de vainqueurs. C’est con mais de voir ces mafieux, qui ont vraiment des gueules de méchants, faire des mimiques débiles m’a bien fait marrer. De plus, le vocabulaire employé, exagérément grossier, est juste hilarant. Dès ce premier tome, il y a des répliques marquantes comme on en voit peu dans les mangas. L’occasion donc de souligner le très bon travail de traduction.

Autant de mangas auxquels j'ai pensé en lisant Ladyboy vs Yakuzas
Autant de mangas auxquels j’ai pensé en lisant Ladyboy vs Yakuzas

Toshifumi Sakurai aime les yakuzas, le sexe, la violence et l’humour gras, et ça se ressent dans la lecture de Ladyboy vs Yakuzas. Avant la présente série, il a dessiné plusieurs mangas érotiques, souvent grotesques (vous pouvez en retrouver sur son blog), et des mangas reportages sur la prostitution. Il aime également voyager, et a réalisé plusieurs fois le tour du Japon. Ce que je veux dire par là, c’est que Ladyboy vs Yakuzas ressemble vraiment à son auteur, on est face à un manga que seul lui aurait pu dessiner.

Bref, pour conclure je vais vous dévoiler que la lecture de Ladyboy vs Yakuzas a été un véritable coup de cœur pour moi. C’est con à se pisser dessus, mais l’histoire est en plus bien ficelée, avec des rebondissements intéressants et des personnages caricaturaux mais néanmoins attachants. Rares sont les mangas comiques à me faire rire autant, rares sont les mangas d’action à me passionner autant. Et puis vous ne pouvez imaginer à quel j’ai hâte d’en lire la suite. Un gros coup de cœur je vous dis !


Pour finir, je vous laisse avec la preview du premier chapitre du manga, qui donne le ton de l’œuvre.

Publicités

9 réflexions sur “Ladyboy vs Yakuzas : Le survival qui dit merde à la bien-pensance

  1. bidib

    J’avoue que le titre au premier coup d’oeil ne m’a pas du tout fait envie. J’ai même pas cherché à savoir de quoi ça parlait. Mais là je suis intriguée ! Finalement ça vaut peut-être le coup d’oeil :)

  2. Ah putain, perso si je pense devant la jaquette en magasin, je m’arrête là. Je me serais dit: mais wtf, on sort ça en France ? ! Ta critique donne envie, j’y jetterai un coup d’œil mais je ne sais pas si j’achèterai. Tout dépende si la série est encours ou non…

    1. En cours avec seulement trois tomes au Japon. Mais vu le scénar, je ne pense pas qu’elle dure longtemps (je vois 7/8 tomes grand maximum). Je te conseille d’essayer, je pense que tu ne regretteras pas !

On attend votre avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s